ENSG             Mines            LEMTA             CNRS        Georessources       ASGA

StanENSG

Actes de la conférence > Par intervenant > Boisson Joséphine

ETUDE GEOPHYSIQUE, GEOTECHNIQUE ET HISTORIQUE D'UNE VOIE FERREE SUR SOL TOURBEUX
Joséphine Boisson  1@  , Amine Dhemaied  1@  , Ibrahim Rahmania  1, 2@  , Ludovic Bodet  2@  , Sylvain Pasquet  2@  , Ludovic Brand  1@  , Nicolas Calon  1@  , Jean Marc Terpereau  1@  , Sirine Kahil  1@  
1 : SNCF Réseau - I&P LVE  (SNCF)
SNCF
6 avenue François Mitterrand 93574 LA PLAINE SAINT DENIS CEDEX -  France
2 : Milieux Environnementaux, Transferts et Interactions dans les hydrosystèmes et les Sols  (METIS)
École Pratique des Hautes Études [EPHE], CNRS : UMR7619, Université Pierre et Marie Curie (UPMC) - Paris VI
UPMC, Case courrier 105, 4 place Jussieu, 75005 Paris -  France

Certaines zones du Réseau Ferré National nécessitent une maintenance accrue du fait de désordres récurrents impactant les voies et dont les causes peuvent être diverses. Dans le but d'optimiser les opérations de maintenance, il apparait donc nécessaire de développer une meilleure compréhension des phénomènes mécaniques à l'origine de ces désordres. Et notamment de ceux liés au sol support de la plateforme ferroviaire.

Dans ce contexte général, nous avons mené une étude multi-méthodes pour mieux comprendre l'origine des désordres affectant la voie ferrée située dans le lit majeur de la Somme, à proximité d'Abbeville, le long de la ligne Longueau-Boulogne.

Afin d'identifier la structure de la plateforme ferroviaire et du sol sous-jacent, des investigations géophysiques par géoradar et sismique par ondes de surface ont été menées. Cette dernière méthode permet également de réaliser une caractérisation mécanique des différentes couches situées sous la voie ferrée.

Une analyse croisée des différentes données recueillies met en évidence 1) une variation latérale de la structure de la plateforme, 2) un milieu inversement dispersif et 3) un sol support présentant un module de cisaillement très faible. Les données historiques sur la zone montrent que les désordres existent par intermittence depuis les années soixante (liés principalement à l'introduction de nouveau matériel roulant lourd sur la ligne). L'étude ainsi que les travaux réalisés dans les années soixante-dix viennent consolider le modèle géophysique a priori. L'inversion des données sismiques est cohérente avec le modèle géotechnique et montre la présence d'une structure à trois couches mécaniquement distinctes. Cette analyse met en évidence le lien entre ces désordres et un défaut de portance du sol support (présence de tourbe) aggravé par des circulations lourdes (transport de marchandises).

 


Personnes connectées : 2 Flux RSS