ENSG             Mines            LEMTA             CNRS        Georessources       ASGA

StanENSG

Actes de la conférence > Par auteur > Kheffi Ali

Mercredi 6
Gestion des risques
2 - Jean-Louis Durville (IFSTTAR) & Thierry Verdel (Géoressources)
› 12:00 - 12:15 (15min)
› Salle 101
Un nouvel outil de prévention des risques du sous-sol en Wallonie (Belgique) - Application au cas des anciennes carrières souterraines de la Malogne (Mons)
Ali Kheffi  1, *@  , Daniel Pacyna  2@  
1 : Institut Scientifique de Service Public  (ISSeP)  -  Site web
Rue de la Platinerie 7340 COLFONTAINE -  Belgique
2 : Service Public de Wallonie - Direction générale opérationnelle Agriculture, Ressources naturelles et Environnement - Service géologique de Wallonie  (SPW - DGO3 - SGW)  -  Site web
Avenue Prince de Liège, 15 5100 NAMUR -  Belgique
* : Auteur correspondant

Partie méridionale de la Belgique, la Wallonie a hérité d'une géologie très complexe, qui lui confère nombre de ressources économiquement importantes (charbon, métaux, calcaires, craies, marnes, phosphates,...), intensivement exploitées de nos jours, mais surtout dans le passé. Aujourd'hui, s'y retrouvent de nombreux objets souterrains, géologiques (karsts, carrières souterraines, marnières) et miniers (puits, galeries,...), pouvant engendrer une menace pour la sécurité des personnes et des biens. S'y ajoute un sous-sol carbonaté intensément karstifié, présent sur un tiers du territoire.

Confrontée à une densité d'occupation du sol toujours plus importante, l'administration wallonne y mène une politique de prévention des risques principalement basée sur la réduction de l'exposition à la menace connue et sur la capitalisation des données relatives aux objets souterrains et à leur contexte géologique, pédologique et géotechnique.

Afin de généraliser et simplifier la gestion administrative de ces risques, l'ISSeP et le Service géologique de Wallonie ont développé ensemble une méthodologie d'évaluation et de cartographie des zones d'aléas de mouvements de terrain engendrées par les objets souterrains. Largement inspirée de la méthodologie française, elle vise la production d'un zonage à l'échelle du territoire wallon et a recours à une proto-cartographie des formations superficielles, complétant la nouvelle carte géologique de Wallonie.

Cette méthodologie est illustrée par l'effondrement généralisé survenu en avril 2015 à l'aplomb des anciennes carrières souterraines de la Malogne (Mons). Ce site constituait l'une des zones-tests choisies pour valider la méthodologie, et une cartographie des zones d'aléas y avait été élaborée 6 mois avant l'accident, pointant notamment la zone effondrée en aléa très fort.

Ce cas d'étude démontre comment les cartographies d'aléas constituent un outil d'aide à la gestion intelligente de l'aménagement du territoire wallon, basée notamment sur la considération des menaces potentielles du sous-sol et de l'adéquation de leurs effets redoutés envers les actuels et futurs enjeux.


Personnes connectées : 1 Flux RSS